Le noviciat

Plan annexé à l’acte de vente de l’abbaye par la famille van der Mersch à MM. Magnan et Fayette, en date du 4 août 1864.
Encre et aquarelle sur papier, 41,5 x 29,5 cm
Archives Royaumont

Nivellement, attribué à Louis Vernier, s. d.
Cette coupe est / ouest du bâtiment superpose aux volumes existants des projets de transformation ou de destruction des structures anciennes. Au rez-de-chaussée du bâtiment des dortoirs, l’architecte fait retomber les voûtes sur des colonnes situées à l’emplacement même des poteaux laissés par la filature dont il a repris les trois niveaux. L’étage du chauffoir est encore intact, si l’on en croit la mention « démolir ces voûtes » notée sur le plan. On y voit aussi la volonté de faire communiquer tous les bâtiments, et si la ruelle des convers n’est pas encore fermée par l’escalier « Saint-Gabriel » des marches conduisant déjà au bâtiment des convers sont déjà représentées.
Encre et lavis sur papier, 50 x 24 cm
Collection privée

Restitution de l'abbaye et de l’église abbatiale, par Louis Vernier, s. d.
Cette coupe d’est en ouest restitue une partie des bâtiments médiévaux (église, chauffoir, toitures et arcatures du cloître, ancien escalier du dortoir), ignorant les modifications intervenues aux XVIIe et XVIIIe siècles (clocher) mais figurant les aménagements réalisés au XIXe siècle (fenêtres du bâtiment des moines, terrasse de la galerie est du cloître)…
Lithographie, 36,5 x 27,2 cm
Archives Royaumont

Transept, attribué à Louis Vernier, s. d.
Restitution en coupe du transept sud de l’église abbatiale. On peut y voir, de droite à gauche : la nef de l’église, le collatéral et le bras sud du transept, l’escalier qui conduit au dortoir des moines en passant au-dessus du passage « sacristie », puis la première travée de l’ancienne salle du chapitre. Les mentions au crayon bleu ne semblent pas de la main de Vernier.
Encre et aquarelle sur papier, 50 x 38 cm
Collection privée

Triforium, attribué à Louis Vernier, s. d.
L’étude de la tourelle du croisillon nord de l’église, seul vestige encore en élévation, a permis à Louis Vernier d’en restituer le triforium. Les mentions au crayon bleu ne semblent pas de la main de Vernier.
Encre et aquarelle sur papier, 42 x 31 cm
Collection privée

Restitution du porche de l’église, attribué à Louis Vernier, s. d.
Cette restitution s’appuie sur la représentation iconographique de l’église gravée par Allais vers 1790 (et exposée dans la salle précédente) et sur l’observation des vestiges encore en place. L’architecte s'éloigne un peu de son modèle, modifiant quelques détails pour affirmer le caractère gothique de la façade.
Crayon sur papier, 50 x 60 cm
Collection privée

Restitution de la façade nord de l’église de Royaumont, attribuée à Louis Vernier, s. d.
Crayon sur papier, 106 x 60 cm
Collection privée

Plan au sol du rez-de-chaussée de l'ancien bâtiment des moines, attribué à Louis Vernier, s. d. [avant 1870]
Les colonnes supportant les voûtes des salles médiévales ont laissé la place à une double rangée de 14 poteaux, nécessaires à l'aménagement du bâtiment en filature industrielle. Le tracé du canal de la roue hydraulique, qui actionnait les différentes machines, est visible dans le passage, au centre du bâtiment.
Encre sur calque, 108 x 40 cm
Collection privée

Abbaye de Royaumont (8), par Louis Vernier, s. d.
Contrairement à ce qu’indique la mention en bleu, sans doute postérieure à Vernier et d’une autre main, il ne s’agit pas de l’état actuel du bâtiment. La toiture ne comporte pas de fenêtres ; il y manque, à l’est, la dernière travée de l’édifice tandis qu’à l’ouest, il n’est pas encore relié au bâtiment des latrines qui, à peine ébauché, est désigné sous le nom de moulin.
Encre et lavis sur calque, 70 x 30 cm
Collection privée

Abbaye de Royaumont (10), attribué à Louis Vernier, s. d.
Coupe de l'ancien bâtiment des moines, qui doit accueillir les dortoirs et les salles de cours des novices, et projet d’élévation des façades extérieures et intérieures.
Encre sur papier, collection privée

Dortoirs, attribué à Louis Vernier, s. d.
Afin d'accueillir l'ensemble des novices, les dortoirs de Saint-Stanislas, Sainte-Madeleine, Sainte-Marthe, Saint-Louis de Gonzague, Notre-Dame des Neiges, Notre-Dame de la Merci ou de L’Enfant-Jésus… furent aménagés dans les combles de chaque bâtiment, à l’exception de ceux de l’infirmerie et des convers. Celui qui figure sur ce plan fut aménagé en 1870 dans le comble de l'ancien réfectoire. Glacial en hiver, il fut abandonné et reconverti en lingerie et salle de repassage en 1876.
Crayon sur papier, 48 x 65 cm
Collection privée

Réfectoire hôtes, attribué à Louis Vernier, s. d.
Plan en coupe de l’ancien réfectoire des convers, dit « des hôtes » et restitution de l’ancien dortoir recouvert d’une voûté lambrissé qui se trouvait à l’étage. A gauche, sont représentés la façade nord du bâtiment abritant l’escalier Saint-Gabriel et l’angle sud/ouest du cloître.
Encre sur calque, 41 x 30 cm
Collection privée.

Le réfectoire des novices, aménagé par les religieuses dans l’ancien réfectoire des moines convers, anonyme, s. d.
Photographie, 23 x 16,5 cm
Archives Royaumont.

Plan du réfectoire, attribué à Louis Vernier, s. d.
L’ensemble des novices se retrouvait dans ce réfectoire unique, où chaque section disposait de sa table particulière. Louis Vernier en dessina le mobilier, réalisé en bois chêne.
Collection privée

La cuisine du noviciat aménagée dans l’ancienne cuisine des moines, anonyme, s. d.
Photographie, 22,5 x 16 cm
Archives Royaumont

Projet de fourneau, attribué à Louis Vernier, s. d.
En 1885, les sœurs firent installer dans la cuisine un imposant fourneau en fonte qui permettait de fournir de l'eau chaude dans la cuisine et dans la laverie voisine.
Collection privée

Projet de buanderie, par Louis Vernier, s. d.
L'ancien bâtiment des latrines, également appelé « le Prieuré », fit l'objet de plusieurs projets de reconversion. En 1876, les religieuses y avaient installé une roue pour acheminer l’eau courante dans l’abbaye (on peut en voir une restitution dans la « Galerie nord »). Le passage d’un canal en son centre et la proximité d’un puits le rendaient particulièrement adapté à un usage sanitaire, cependant aucun aménagement n’y fut réalisé avant le départ des Sœurs.
Encre et aquarelle sur calque, 72 cm x 34,5
Collection privée

Bains , attribué à Louis Vernier, s. d.
Parallèlement aux installations mises en place dans l’abbaye même, une curieuse salle d’hydrothérapie, pourvue de baignoires et d’un système de douches écossaises, fut aménagée dans l’ancien bâtiment des cottages. Rebaptisée « enclos Saint-Pierre », cette dépendance abritait par ailleurs des logements pour les invités et les Sœurs retraitantes.
Encre sur calque, 39 x 33 cm
Collection privée

Réfectoire (Inscription au verso : « autel de la grande chapelle »), attribué à Louis Vernier, s. d.
Restauré entre 1865 et 1872, l’ancien réfectoire des moines fut transformé en chapelle. Cette sculpture de la sainte Famille fut installée dans le chœur en 1871. Elle est attribuée à Potel, statuaire de Nantes (probablement J. J. Potel, professeur de dessin et auteur d’un livre sur le patrimoine breton en 1840).
Encre sur calque, 54 cm x 39 cm
Collection privée

Chaise et prie-Dieu, attribué à Louis Vernier, s. d.
Menuisier de formation, Louis Vernier a dessiné l’ensemble du mobilier du noviciat.
Encre et aquarelle sur papier, 42,5 x 33,5 cm
Collection privée

Louis Vernier à sa table de travail, anonyme, s. d.
Photographie, 30 x 39 cm
Archives Royaumont


[Louis Vernier], Fontaine St Louis, parcours de la source à l'abbaye. Service d'eau du puits et de la fontaine, s. d. [vers 1902]

[Louis Vernier], Rivières desservant l'abbaye, s. d. [vers 1902]